Les actions de R.A.M

Les Fenêtres qui parlent

 Utiliser sa fenêtre pour dire, montrer, faire savoir est une pratique culturelle des villes du Nord. Les personnes qui viennent d’ailleurs nous font parfois part de cette particularité qui nous semble si familière pour nous, gens du Nord. Plusieurs des associations membres de RESO ASSO METRO ont, d’ailleurs à leur manière, développé leurs actions à partir de cette tradition.

L'opération « Les fenêtres qui parlent » permet de donner un caractère particulier à de nombreuses rues de la métropole lilloise en associant des habitants, des artistes et des fenêtres.

Le choix des artistes repose sur la qualité de leur production, elle tient compte de leur adhésion aux valeurs du réseau, de l'adéquation entre œuvre et fenêtre, d’éventuelles propositions faites aux jeunes dans le cadre d’ateliers en classe ou en centre de loisirs. Une place est donnée à la création régionale (jeunes ou moins jeunes artistes). L’ouverture nationale, transfrontalière et internationale est effective depuis plusieurs années. Lille 2004 avait permis un saut qualitatif en intégrant des aides à la création in situ. Celles-ci se poursuivent sur présentation en amont des projets et validation collective.

La fenêtre, c’est la frontière entre le public et le privé, c’est l’espace de dialogue entre l’intérieur et l’extérieur. Les fenêtres changent le quotidien des rues, suscitent ainsi la curiosité des passants, leur émotion, leur questionnement et pourquoi pas la rencontre entre passants et exposants, tout simplement entre habitants ?


Les Espaces qui parlent

Lille 3000 en 2009 a eu pour effet d’impulser et de mettre en œuvre deux nouveaux

projets :

     - Un ensemble installation/débat/soirée festive sur le thème général « Espace public/ espace privé : la place de la place »

    - Un atelier collectif et participatif « Estampage », animé par des artistes stambouliotes,

De ces deux actions, il ressort deux envies récurrentes : travailler dans et sur l’espace public de manière éphémère, travailler de concert entre artistes, professionnels de la ville et habitants. Parmi les autres propositions émises, la dimension et la place de la nature en ville est assez vite présente, en s’inscrivant dans une démarche globale d’urbanité, et où la présence et l’action de l’habitant- citoyen est bien identifiée.

Par ailleurs, les Fenêtres qui parlent sont un engagement local et métropolitain depuis 12 ans qui a fait émerger des questionnements lors des déambulations dans l’espace public. Il était nécessaire de les pointer en tant que tel : comment améliorer la qualité des aménagements ? Comment réellement partager ces espaces communs ? Comment se les approprier sans les confisquer à d’autres ? Comment rendre agréables et « en sentiment de sécurité » ces espaces à partager ? Comment faciliter l’animation conviviale de l’espace public par ses habitants ? Comment permettre de les questionner à l’échelle de la métropole ?

L’orientation « Espaces qui parlent » est donc maintenant acquise en termes de diversification des activités de Réso Asso Métro. Tout en respectant l’esprit initial du collectif, il est recherché une cohérence globale et partagée de cette nouvelle action, en l’inscrivant dans des sujets et préoccupations actuelles, autour de la citoyenneté et de l’action culturelle, au plan local.

 Point de départ d’un espace qui parle : un lieu significatif d’un dysfonctionnement urbain transformé par une pratique culturelle et une pédagogie centrée sur l’habitant. Le citoyen prend sa place dans sa cité : il voit, il repère, il agit.

 Il est nécessaire de tenter. Il est possible de s’appuyer sur l’envie de faire. Notre texte fondateur « qui sommes-nous ? » datant de 1999, portait déjà en germe cette deuxième action emblématique de Réso Asso Métro. Notre ville est le lieu de notre vie. Notre bonheur de vivre passe par un environnement urbain et un cadre de vie de qualité. Les actions de convivialité ne remplaceront pas l’amélioration de la qualité du cadre de vie. Elles sont complémentaires. Art de ville et art de vie sont indissociables.

 

Faire "Résidences" 

                            « Résidences métropolitaines »     

                   " Restez disponible au génie du lieu et à autrui »
Dans certains quartiers de la métropole lilloise, à l’automne 2013, une équipe de photoreporters issus de l’ESA « Le 75 » à Bruxelles et de l’Ecole Supérieure de Journalisme pourraient s’investir en photographiant les habitants et en rendant compte de leur mode de vie. En captant leur identité, leurs désirs et leurs comportements ainsi que les intérieurs et les paysages. Ce serait une mission documentaire (preuve objective du réel photographique) où l’on rendrait compte de la culture urbaine, des familles et des liens tissés entre elles, une sorte de chronique de la vie de ces quartiers qui ne pourra se réaliser qu’avec l’aide et la complicité des habitants.


Extrait de la note d’intention du 10 janvier 2013 - Jean Marc Vantournhout Projet         « Soutien aux présences artistiques dans les territoires » soutenu par le Conseil Général du Nord


       « Résidences internationales »


Permettre à des artistes métropolitains d’intervenir dans les éditions à l’international des «Fenêtres qui Parlent» sous la forme d’une présence (exposition) mais également
de résidence, de participation à des ateliers en amont voire de co-réalisation. Des résidences sont envisagées à Montréal, Iskilip pour 2013, à Istanbul et à Umeå en 2014.


Extrait de la note d’intention pour le projet « Essaimage international des FQP »
appel à projet Institut Français / Ville de Lille

-----------------------------------------------------------------------------------

Souvenez-vous des 10 ans...

2009 Reso Asso Metro a fêté ses 10 ans

16ème édition

Affiche 2017